ENSEMBLE HONGROIS DE CORNEMUSE

Son origine remonte aux temps ancestraux ou les roseaux doubles a anches simples sans poche sont les ancetres des cornemuses.
Aujourd’hui il en reste tres peu, dans la région de la Volga, du Caucase et de l’Anatolie ainsi qu’au Pays Basque Espagnol sous le nom «Alboka»
Traditionnellement c’est l’instrument des bergers qui sonnaient dans les bals populaires, au cours des fetes les plus importantes du calendrier : les solstices d’été et d’hiver (a Noël et la nuit de Saint-Ivan) et les fetes qui rythment la vie de la naissance a la mort.

 

Contact
Magyar Dudazenekar
Dudaszó Hallatszik Alapítvány
Budapest, Hongrie
www.dudazenekar.hu
Karakas Zoltán Zsolt
E-mail: dudazkr@gmail.com
Tel: +36 20 947 4087

 

La cornemuse est l’un des plus anciens instruments musicaux. Elle a toujours joué un rôle important dans la culture musicale du peuple hongrois. Les souffleurs de cornemuse étaient présents parmi les musiciens des rois, mais également parmi les bergers, les paysans, les soldats et les bourgeois.
La figure mythique des sonneurs de cornemuses Hongrois est représentée dans de nombreuses légendes et contes de fées.
Avec les changements des modes de vie, les vieux bergers, porteurs et transmetteurs de cet héritage, ont pratiquement disparu et la cornemuse hongroise a été menacée d’oubli total. Quoique pratiquée de façon solitaire, de jeunes sonneurs se sont associés afin de la sauver et de préserver son rôle dans la vie musicale hongroise.
L’Ensemble Hongrois de Cornemuse (Magyar Dudazenekar) a été fondé en 1989 a l’initiative de Sándor Csoóri Jr., chef du département de cornemuse a Óbuda (Budapest). De nombreux activistes du mouvement de la musique traditionnelle (datant des années 70) figuraient également parmi les fondateurs. Nous avons eu la chance de pouvoir apprendre de vieux maîtres, comme Imre Seres et János Szikora de la région d’Ipoly ou István Pál de Tereske.

En 1992 l’Association Dudaszó Hallatszik (Une Cornemuse Sonne) a été fondée afin de perpétuer et populariser la tradition de la cornemuse hongroise. Nous avons représenté la Hongrie a de nombreux festivals internationaux en Autriche, en Allemagne, en République Tcheque, en France, aux Pays-Bas, en Irlande et en Estonie et nous avons été accueillis chaleureusement par les Hongrois habitant le sud de la Slovaquie et la Transylvanie.

LA CORNEMUSE HONGROISE

La poche est en peau, le plus souvent de mouton ou de chevre, mais aussi parfois en peau de chien. En fonction de la nature de la peau, l’instrument est appelé cornemuse de chevre (« kecskeduda ») ou de chien (« kutyaduda »). En hongrois, les chiens sont appelés populairement sac a puce, « bóhazsák » en vieux hongrois, mot qui dénomme aussi l’instrument (un mot semblable, bohaussac désigne la cornemuse en Gascogne).

Les parties de la cornemuse :
Le porte-vent ou « bois de couronne ». C’est une tete d’animal taillée en bois qui fait penser a une tete de chevre. Dans la décoration on découvre les traces du culte du soleil qui précédât le christianisme. Sur le front de l’animal il y a un miroir rond ou cordiforme qui symbolise le soleil. Les cornes sont droites, avec une boule a l’extrémité. Les yeux brillent comme des étoiles.

La partie la plus importante de la cornemuse est le pihet (le chantre), composé de deux tuyaux avec deux anches simples, l’une mélodique et l’autre d’accompagnement qui fonctionnent ensemble.

Avec le tuyau mélodique on peut jouer une gamme chromatique. Le tuyau d’accompagnement assure l’accompagnement rythmique. Les trois dimensions de la musique – la mélodie, l’harmonie et le rythme – peuvent etre simultanément jouées par cet instrument qui est complété par le bourdon, « le bordósíp » qui sonne deux octaves plus bas que l’anche mélodique.

Le son particulier de la cornemuse hongroise est du a l’alliage de chantre double et au bourdon (« bordósíp »).
La premiere mention de la cornemuse hongroise date du VIIe siecle. A l’époque elle ne possédait qu’un chantre double et une poche. Plus tard, elle a pris sa forme finale tres populaire, et s’est répandue au-dela du territoire linguistique hongrois. Chez les peuples voisins on trouve des formes rappelant la cornemuse Hongroise a tete de chevre.